Chroniques

Cette rubrique abrite un fouillis d’impressions, d’époques diverses, sur tout et n’importe quoi, l’actualité, un film, un paysage, une pièce de théâtre, un concert, un petit voyage, un article qui m’a plu, etc. Ni thème précis, ni régularité. Juste l’envie de mettre en forme une impression fugitive ou persistante.

Vingt « Chroniques », la première étant datée du 18 décembre 2016 au 14 juin 2017, sont consacrées à l’histoire de mon arrière-grand-père, Victor Puiseux (1820-1883). Cette série est regroupée en un PDF unique, de lecture plus aisée, dans la Bibliographie générale de la rubrique Regards, sous le titre Une biographie de Victor Puiseux (1820-1883).

2018

  • Ce que j’ai vu de Peer Gynt, mis en scène par David Bobée Théâtre des Gémeaux, Sceaux

    Je suis allée, dimanche 28 janvier, voir Peer Gynt, pièce d’Henrik Ibsen dont la première a été donnée à Oslo le 24 février 1876. Pas toute jeune, rarement jouée, cette pièce - une mise en actes de la réflexion sur la vie humaine - nécessite une foule de comédiens ; elle est ici donnée, fortement cisaillée par David Bobée, qui l’a importée du Centre national dramatique de Normandie-Rouen.
    Une opinion en deux heures
    En choisissant, après mûre réflexion, de quitter la pièce à l’entracte (j’ai vu 3 actes sur (...)

    Lire la suite

  • Pentagone Papers, Steven Spielberg, 2017 Si l’Amérique m’était contée

    Le nouveau filmde Steven Spielberg (titre original The Post) est très intéressant et mérite d’être vu et discuté, puisqu’il met en scène et en images, les aléas et les devoirs de l’information et du journalisme, qui constituent eux-mêmes un pilier de la réflexion cinématographique américaine.
    Le monde des mensonges d’État
    Spielberg crée l’ambiance par quelques plans classiques de soldats américains au Vietnam, suivis par la réaction de l’analyste et reporter de guerre, Dan Ellsberg, ébahi et choqué par (...)

    Lire la suite

  • En mystérieuse compagnie Beethoven et le Quatuor Belcea

    Ce matin, j’ai été entendre, à la Philharmonie, un concert de la Semaine que cet organisme génial a consacrée au Quatuor :
    Ludwig van Beethoven Quatuor à cordes n° 13 & Grande Fugue op. 133, "En mystérieuse compagnie" Quatuor Belcea Corina Belcea, violon Axel Schacher, violon Krzysztof Chorzelski, alto Antoine Lederlin, violoncelle
    La musique est indicible, en général et par nature, et on ne peut que paraphraser, quand on écrit à son propos, car pensée, parole et musique sont des modes (...)

    Lire la suite

  • Un bal masqué, Verdi, 1859 Paris, Bastille, 2018

    Les méfaits de la censure
    Dans le projet de ce qui deviendra Un bal masqué, Verdi voulait mettre en scène et en musique un fait divers historique assez récent : l’assasinat de Gustave III de Suède, qui avait eu lieu à Stockholm en 1792, à la suite d’une conspiration des nobles de la cour. Un sujet hautement politique, encore teinté d’actualité, puisqu’il s’agit de l’assassinat d’un monarque d’Europe en exercice, une cinquantaine d’années auparavant.
    Mais la censure des Bourbons qui règnent à Naples ne (...)

    Lire la suite

  • Carmen, ô ma Carmen !

    De tout cœur
    Oui, je signe de tout cœur avec les cent femmes qui ont écrit dans Le Monde (10/1/18) un appel à la liberté et à la tolérance - oui, les Junien, Deneuve, Millet, Losfeld, etc. - , et se font copieusement rappeler à l’ordre, voire cracher dessus, par diverses féministes, qui depuis lors se répandent dans les télés, radios, journaux, outrées d’avoir lu que nous sommes tous (je ne pratique pas l’écriture inclusive) de grandes filles et de grands garçons et que c’est à l’être toujours davantage (...)

    Lire la suite

  • Vous reprendrez bien un peu de galette ? L’échange des princesses, un film de Marc Dugain

    De L’échange des princesses je suis sortie plus heureuse que jamais de la Révolution française, de la chute de l’Ancien Régime, de l’invention des vaccins et des antibiotiques, et même, au-dela, de la situation européenne présente, si discutable soit-elle.
    Tiré de l’ouvrage homonyme (Le Seuil, 2013) de Chantal Thomas (que je n’ai pas lu), le film de Marc Dugain est très noir, un monde fantomatique, un théâtre effrayant, éclairé par des flopées de bougies ; il nous en donne à voir les rouages politiques (...)

    Lire la suite

  • 2018

    2018 : le cinquantenaire de Mai 1968, le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le cent cinquantenaire de l’EPHE (École pratique des Hautes Études) et je ne parle que de trois gros anniversaires « ronds » qui me touchent de près : des mythes à déblayer à la pelle, dans des alluvions considérables, qui font partie de nous tous et qui vont nous faire crouler sous les plantations de drapeaux et les immenses violons des anciens combattants.
    Comment me mêler à tout ça en évitant de me (...)

    Lire la suite

2017

  • La vengeance se mange brûlante Elektra (1909), Richard Strauss, Philharmonie de Paris

    Vendredi 15 décembre : la Philharmonie est pleine comme un œuf, le public enserre l’Orchestre Philharmonique de Radio France qui lui-même, étant donné le nombre des musiciens et la diversité des pupitres, remplit entièrement le plateau dans un harmonieux demi-cercle disposé sur plusieurs rangs, chaleur brillante des cuivres et éclat argenté des instruments, chaleur des bois, minceur des cordes, majesté des harpes, des percussions et tambours. J’ai pris cette photo en vitesse avant l’entrée du chef, (...)

    Lire la suite

  • Argent amer Un film de Wang Bing, 2016

    Wang Bing, comme à son habitude, et comme tous les très grands documentaristes, ne fait pas un film : il permet au spectateur de sortir de son fauteuil de cinéma, et même carrément de Paris, pour se promener à sa suite, des heures, des jours, des saisons durant, entre 2014 et 2016, à Zhili, près de Huzhou, une ville chinoise au sud de Shanghai, qui regorge de petits ateliers de confection en sous-traitance. Il s’explique fort bien dans un interview donné à Libération (21/11/2017) sur sa manière de (...)

    Lire la suite

  • Au revoir là-haut Un film d’Albert Dupontel

    Au revoir là-haut est la meilleure dénonciation que j’aie jamais vue de la guerre et des bouleversements qu’elle suscite. Toutes les puissances qui y prennent part, finances, pouvoir, violence, y sont vivement éclairées.
    Le film se déroule entre la dernière des atroces tueries, le 9 novembre 1918, et les années folles qui suivent l’armistice, le retour à l’arrière et la difficile reprise de la vie civile dans un monde en pleine mutation. Les intérêts des grandes fortunes et des industries (...)

    Lire la suite

  • « Ex-Libris » Un film de Frédérick Wiseman

    Ce film est un monument, le plus récent opus d’une immense série documentaire sur les espaces de notre temps édifiée par Frédérick Wiseman depuis des décennies. J’ai eu le plaisir de le voir, en personne, très alerte, au début de la séance (Reflet Médicis) : avec sa modestie et sa simplicité habituelles, il nous a dit qu’il n’avait pas grand chose à dire... qu’il fallait « voir » son film ! On l’a applaudi et on a regardé ce fleuve new-yorkais où la culture est mise au service de la population.
    Ce (...)

    Lire la suite

  • Rétrospective Polanski Les folies d’une censure galopante

    Je suis très choquée de la pétition lancée par un collectif de féministes contre la rétrospective Polanski à la cinémathèque. Si des actes privés de Polanski sont choquants, les signataires de cette pétition n’ont aucun droit, à s’ériger en juges culturels et à interdire que l’on montre des films très remarquables : chacun peut juger s’il a envie ou non de les voir. Ras-le-bol de la censure, féministe ou autre.
    Depuis quand demande-t-on un certificat de bonne vie et mœurs pour voir, pour entendre, pour lire (...)

    Lire la suite

  • Verdi, Don Carlos, dans la version originale de 1867. Opéra Bastille, dimanche 22 octobre 2017

    Pourquoi serais‑je indiscret quand mon silence ne peut lui causer de douleur, qu’il lui en épargne peut-être ? Pourquoi le réveiller afin de lui montrer le nuage orageux suspendu sur sa tête ?
    Le marquis de Posa, Don Carlos, Schiller, Acte IV, Scène 6
    Oui, j’ai vu LE Don Carlos dont parle toute la presse. Oui, comme tout le monde, j’ai été enchantée par la beauté indiscutable des voix. Pendant plusieurs jours - et encore maintenant -, j’ai été très impressionnée et travaillée par ce que j’ai vu (...)

    Lire la suite

  • Séances de rattrapage 2. D’un faux Godard à un vrai Godard Blade Runner 2049. - Grandeur et décadence d’un petit commerce de cinéma.

    II. Futur/Passé
    En sortant du Redoutable, je n’ai eu qu’une envie, celle de retrouver le vrai Godard. Pas le jeune hologramme dogmatique et myope que Louis Garrel et Hazanavicius avaient pris la peine de reconstituer. Youtube permet de revoir Godard dans les différentes interviews qu’il a données, où, d’âge en âge, il présente ses convictions avec une vivacité et une assurance devenues tranquilles. Je suis une inconditionnelle : pour moi Godard est un vrai cinéaste - peut-être le seul ?-, quelqu’un (...)

    Lire la suite

  • Séances de rattrapage I. Faute d’amour et Le Redoutable Présent / Passé

    Quatre films en quatre jours de rattrapage cinématographique.
    I. Présent/Passé
    1. Faute d’amour, Andreï Zviaguintsev, Prix du jury à Cannes 2017
    Andreï Zviaguintsev avait obtenu le Prix du scénario à Cannes en 2014, avec Leviathan, où des nouveaux riches corrompus, alcoolisés et méchants réduisaient à néant les quelques obstacles que représentait un pauvre, obstiné et également alcoolisé : la politique nouvelle et corrompue de l’ère Poutine était montrée dans son « alliances objective », comme on disait (...)

    Lire la suite

  • Pelléas et Mélisande À la manière - discutable - de Bob Wilson

    La mise en scène de l’opéra de Debussy par Bob (Robert) Wilson a été créée en 2014. Mais je ne l’avais pas encore vue, ni lu quoi que ce soit à son sujet. Je m’étais dit, en y allant, « avec le minimalisme de Bob Wilson, rien ne viendra s’interposer entre la musique et moi... » Je m’étais trompée. Sans demander nécessairement de voir les forêts et le vieux château moussu du livret, il m’a semblé que j’avais assisté à un contresens de grande taille.
    Il y avait les ingrédients habituels - esthétisme et (...)

    Lire la suite

  • « La mort de Sénèque » Philharmonie, 18 septembre 2017

    La Philharmonie a célébré le 450° anniversaire de la naissance de Claudio Monteverdi (15 Mai 1567 à Crémone) de manière faste : Sir John Eliot Gardiner, les English Baroque Soloists, le Monteverdi Choir et un plateau de solistes vocaux tous remarquables, ont donné les trois opéras qui nous restent du compositeur, joués et « mis en espace » sur la scène centrale au milieu des musiciens, d’une manière constamment convaincante et souvent davantage, captivante. J’ai raté L’Orfeo (1607) le samedi 16 septembre, (...)

    Lire la suite

  • Lumières d’été + 200 000 fantômes 2 films de Jean-Gabriel Périot

    Lumières d’été, film de 2017 de J.-G. Périot, est précédé d’un court métrage de ce même auteur, 200 000 fantômes de 2007, qui a donc déjà dix ans.
    Le court métrage - montage de photos fixes, N&B et couleurs, et de quelques miettes d’actualités - est comme brodé sur le poème de Current 93, Larkspur et Lazarus, qui l’accompagne à la bande-son, il est magnifique et parfait. We know it’s time.
    Oui, nous savons qu’il est temps, mais temps de quoi ? De tourner une page intournable ? Ou de traduire autrement, ce (...)

    Lire la suite

  • Hiroshima

    J’écoutais paresseusement France Culture,« La grande table d’été », et soudain, j’entends une nouvelle, une vraie nouvelle, de celle qui vous fait bondit du canapé. Qui vous redessine un avenir proche : le mercredi 16 août est la date de sortie du film que Jean-Gabriel Périot vient de terminer sur Hiroshima.
    Le 72e anniversaire des bombardements (Hiroshima, 6 août, et Nagasaki, 9 août 1945) ayant été certes présent dans les médias et à la télévision, mais discret, je me trouvais assez seule, avec (...)

    Lire la suite

  • La Planète des singes. Suprématie. Un film de Matt Reeves, USA, 2017

    2 heures 22 pour Suprématie, ce gros pâté, collage de mythes superposés et rebattus dans de multiples films, légendes et livres saints, guerre, western, la Bible, Bien et Mal... J’aurais dû prêter plus grande attention au titre original : War for the Planet of the Apes.
    Tous les mythes et légendes américains sont convoqués pour la suite (et fin ?) de cette nouvelle Planète des Singes : les films sur le Vietnam, Apocalypse Now, les colonels fous, les post-atomiques, Mad Max, quelques bribes volées et (...)

    Lire la suite

  • Ça secoue !

    Le XXIe siècle a décidé de virer très fort le XXe. Chaque jour, une foule de souvenirs foutent le camp, dans les carnets de décès : hier, c’était les souvenirs des films et des salles et des circonstances où j’ai admiré souvent Jeanne Moreau.
    La première fois que je l’ai vue, elle incarnait le petit rôle de Josy dans Touchez pas au grisbi de Jacques Becker, c’était à Grenoble en 1954.
    Voici deux photo d’elle
    La première, dans Eva (Joseph Losey), en 1961. J’aime assez l’air interrogatif qu’elle y a dans (...)

    Lire la suite

  • Impressions en sortant de l’expo David Hockney Centre Pompidou jusqu’au 23 octobre 2017

    Une œuvre, un artiste et une vision du monde : l’exposition est belle et grande, et, tout au long, j’ai transformé mes souvenirs d’expos antérieures de ce peintre, en voyant ou en revoyant, en vrai, ensemble et en suite chronologique, dans leurs splendides formats et leurs évidentes lumières, les transformations du peintre et de son œuvre.
    David Hockney devient très vite David Hockney, il ne tâtonne pas longtemps, ni en matière de formats, très vite grands, ni en matière de de lumière, diffuses ou (...)

    Lire la suite

  • Peggy Guggenheim, la collectionneuse Un film de Lisa Immordino Vreeland

    Ce film archi-dense date de 2015, il est sorti hier à Paris. Et moi, je suis sortie de la salle (MK2 Odéon côté Saint Michel) complètement éberluée, saoulée d’images, de textes, de paroles et de musique : le XXe siècle tout entier était passé en 1h 52 devant mes yeux, dans l’évocation que Lisa Immordino Vreeland fait de Peggy Guggenheim (1898-1979), « Art Addict » , la deuxième des trois filles de Benjamin Guggenheim (1865-1912) une des plus grosses fortunes des États-Unis, édifiée par Meyer Guggenhein, (...)

    Lire la suite

  • George Romero et Martin Landau

    Les vivants, les morts-vivants, le cinéma et la science-fiction sont en deuil, avec une double disparition : le comédien Martin Landau et le réalisateur George Romero nous ont quittés à un jour de distance, les 15 et 16 juillet 2017.
    Matin Landau, je le revois, il avait alors trente ans - c’était son deuxième rôle -, anguleux, tragique, dans le personnage de Leonard ( La Mort aux trousses, North by Northwest, Alfred Hitchcock, 1959), secrétaire ambigu et homme de main épris de son patron, l’espion (...)

    Lire la suite

  • Transitions

    Sortie du XIXe siècle, où les chroniques sur Victor Puiseux m’ont beaucoup occupée, je m’aperçois que je suis en train de vivre une année sans forme, sans grand projet personnel, comme si je vivais en somme une année de transition, vers d’autres occupations en vertu d’une moins bonne forme physique, ce qui changerait mes formes d’action et mon horizon.
    Quelques pépins de santé pour moi ou pour mes amis, des tristesses et des plaisirs réels mais sans véritables grands éclats, donnent à ce printemps et (...)

    Lire la suite

  • Simone Veil

    Simone Veil (1927-2017)vient de mourir. Un choc. C’est le XXe siècle qui continue de fondre.
    L’annonce de la mort de cette femme admirable agit comme un grand pan de la banquise qui s’effondre dans l’Océan : elle nous éclabousse de sa dignité, de sa beauté, de sa grandeur, de son courage, de ses engagement politiques et sociaux, de sa passion pour l’Europe.
    Les députés « FI » grognons et mal élevés paraissent plus scandaleux et grotesques encore dans la lumière de Simone Veil, lorsqu’ils refusent de (...)

    Lire la suite

  • Victor Puiseux, 20. Quelques retouches

    J’ai reçu de Florence Corpet, qui est une lectrice attentive et efficace, quelques rectifications sur trois points. Je les ai replacées en note là où il le fallait et je les regroupe sur ce feuillet additionnel.
    1/ Florence Corpet a trouvé l’acte de mariage de Marie-Madeleine Puiseux et de Jacques Laurent, en 1794, à .. Argenteuil. On a du même coup la date de naissance de Jacques Laurent , le 21 avril 1744, c’en est fini du ca 1744 ! Je cite Florence Corpet : L’acte de mariage de Jacques Laurent (...)

    Lire la suite

  • Victor Puiseux, 19. « Je vous embrasse de tout cœur. »

    Pierre se marie
    Les cousines habituées à faire des mariages se sont mises en campagne pour que Pierre fonde un foyer, après avoir renoncé à se faire prêtre. La légende dit que, pour lui, c’est une cousine Alpy qui « a fait le mariage ». Henry Alpy (1849-1928) et sa femme Berthe habitent Paris, mais lui est originaire du Jura, apparenté aux Bouvet, une famille bourgeoise très aisée de Salins, qui a une confortable fortune acquise au fil du siècle dans des entreprises de transports, agrandies par (...)

    Lire la suite

  • Victor Puiseux, 18. Crises en tous genres

    Cet avant-dernier chapitre relate trois crises : la première, politique et nationale, aboutit à l’établissement réussi de la République qui sert de fond de tableau aux dernières années de la vie de Victor. La deuxième touche Victor personnellement, au plan physique : son état de santé l’oblige à renoncer aux grandes courses en montagne. Et la troisième crise, non moins personnelle, est la tentation de Pierre d’entrer dans les ordres.
    Fonder et consolider la République
    J’ignore toujours le contenu des (...)

    Lire la suite

  • Victor Puiseux, 17. Coup d’œil sur sa carrière

    Essai de bilan en forme de promenade
    Voici quelques précisions sur les espaces de ce monde de l’enseignement et de la recherche en mathématiques, astronomie, physique, qui a été celui de Victor Puiseux, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une période charnière, entre l’approfondissement définitif et le fignolage, si j’ose dire, du monde newtonien, et l’ouverture vers les vertiges de l’espace/temps.
    En mathématiques, si je comprends bien, Victor Puiseux se situe sur le gond de cette porte qui tourne, (...)

    Lire la suite