Regards

Je suis née dans le monde d’avant-guerre où l’image était rare. On n’allait pas tellement au cinéma quand on habitait la campagne, ce qui était mon cas jusqu’à 15 ans. Parfois, les dimanches d’hiver, la salle paroissiale crachotait des histoires en noir et blanc, de façon artisanale. Pas de télé, bien sûr : elle ne s’est lentement répandue en France qu’au début des années Cinquante.

Aussi, quel plaisir lorsque, devenue étudiante en Histoire à Dijon, j’ai pu aller au cinéma trois ou quatre fois par semaine. La rareté avait donné du prix à l’image. Je l’ai aimée au point d’en faire mon objet d’études et mon métier. Pour la comprendre, il faut beaucoup la regarder et écrire ce que l’on y voit, ses liens et ses manques, se donner une problématique, pour sortir de l’impressionnisme et de l’approche purement sensible. Nobody is perfect : si j’ai regardé, parlé et écrit sur les images filmiques, je n’en ai pas réalisé, au plus y ai-je parfois collaboré ou figuré.

Le cinéma et la télévision figurent parmi les grands moyens d’expression artistique, politique et sociale du XXe siècle. Perdant leur royauté, ils sont à présent entraînés dans la déferlante internet d’images numériques. Ils commencent à glisser sur le versant de l’histoire : mes hypothèses et mes méthodes leur sont étroitement liées. C’est ainsi que, en ce début de millénaire, mon travail est en train de devenir lui aussi objet d’histoire.

  • Bibliographie générale

    J’aime écrire : c’est ma manière de penser. Mon terrain de recherche, l’image filmique, se prête bien à l’approche écrite, lente et précise. Les articles et les comptes rendus annuels montrent les étapes de la recherche et les principaux thèmes, guerre, mémoire, rapport au nucléaire, à la nature, à la science, à la sexualité. Les ouvrages les développent dans un cadre plus vaste.
    Tous les ouvrages publiés « papier » sont répertoriés dans cette biblio, ceux qui portent sur l’actualité paraissent désormais en ligne, à la rubrique (...)

  • Colloques, tables rondes etc.

    On trouve ici les interventions orales faites en dehors de l’École pratique des Hautes Études, communications à des colloques, participations à des tables rondes, des commissions, des émissions de radio. Certaines interventions sont perdues (verba volant…), les autres sont mises en ligne.

  • Filmographie

    J‘ai beaucoup analysé les films. Parfois, je suis passée de l’autre côté, sur l’écran ou derrière la table de montage. Cela rend modeste et prudent. Car, dans les films comme en toutes choses, on ne fait pas tout à fait ce qu’on veut.