Peinture

24 articles

  • Impressions en sortant de l’expo David Hockney Centre Pompidou jusqu’au 23 octobre 2017

    Une œuvre, un artiste et une vision du monde : l’exposition est belle et grande, et, tout au long, j’ai transformé mes souvenirs d’expos antérieures de ce peintre, en voyant ou en revoyant, en vrai, ensemble et en suite chronologique, dans leurs splendides formats et leurs évidentes lumières, les transformations du peintre et de son œuvre.
    David Hockney devient très vite David Hockney, il ne tâtonne pas longtemps, ni en matière de formats, très vite grands, ni en matière de de lumière, diffuses ou (...)

    Lire la suite

  • L’Avant-garde russe, Vitebsk, 1918-1922 Centre Pompidou, 28 mars 2018 – 16 juil. 2018

    Samedi dernier, je suis allée au Centre Pompidou voir la nouvelle exposition intitulée L’avant-garde russe, Vitebsk,1918-1922. Depuis que j’en suis sortie je ne pense plus qu’à ma rencontre avec ce débordement d’inventivité, de lumière, d’espoir, d’énergie. Je connaissais et j’aimais déjà plusieurs de ces artistes, mais isolément, je n’avais encore pris garde à cette concentration dans l’espace et le temps avant l’expo de Beaubourg.
    1918 : à Vitebsk, une ville moyenne de l’empire russe effondré à l’automne (...)

    Lire la suite

  • La rétrospective Kupka (1871-1957) Grand Palais, 21 mars -30 juin 2018

    Si toute la peinture occidentale faite entre 1890 et 1950 brûlait, à l’exception de celle de František Kupka, on aurait quand même, grâce à lui, une idée claire des questions que se sont posées les peintres, des sources qui les ont inspirés, des lignes qu’ils ont développées : l’exposition que lui consacre le Grand Palais m’a paru une sorte de perfection didactique pour présenter et cadrer un choix de 300 œuvres de cet homme, né en 1871 dans la partie tchèque (Bohême) de l’empire d’Autriche, passé par (...)

    Lire la suite

  • Jean Fautrier (1898-1964) Musée d’art moderne de la Ville de Paris

    Matière et lumière
    Je croyais connaître Fautrier. Je me disais, oui, ce doit être un peu le genre de Braque, bref, non, je ne connaissais pas, pas du tout. En fait je savais juste son nom, et sa période (1898-1964). Sa singularité m’a donc sauté aux yeux.
    Les salles, toujours magnifiques, du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, accueillent une rétrospective de ce peintre très original, très secret, à la vie mouvementée et heurtée, avec une enfance marquée par des pertes successives, qui l’ont (...)

    Lire la suite

  • Rouge. Art et utopie au pays des Soviets Paris, Grand Palais, jusqu’au Ier juillet 2019

    Une leçon d’Histoire de l’art Dans Le Livre d’image, Godard dit que « la seule chose qui survit à une époque, c’est la forme d’art qu’elle s’est créée ». Je pense qu’il subsiste beaucoup d’autres choses de cette époque 1917-1953 en URSS, de gens, de souvenirs, de malheurs et de bonheurs particuliers, mais il est bien évident que l’exposition Rouge montre un énorme pan de la représentation du pays des Soviets (évocation de Tintin ?), qui servait de voile aux procès de Moscou, aux goulags, aux suicides (...)

    Lire la suite

  • Le XXe siècle : Hans Hartung

    Un espace magnifique
    Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris rouvre ses portes après la rénovation de ses beaux espaces, repeints, redessinés en partie et dont la beauté très pure suffirait, même vides, à valoir la visite. Du 11 octobre 2019 au 1er mars 2020, ils accueillent Hans Hartung (1904-1989), avec environ 300 œuvres de ce peintre abstrait, énergique et puissant et dont je n’ai découvert qu’après coup la vie très attachante. L’exposition est titrée, « La fabrique du geste, Hans Hartung ». (...)

    Lire la suite