Coronavirus

50 articles

  • Chronique d’un printemps 1

    Un projet : le printemps 1940
    J’avais l’intention, il y quelques semaines, de faire une chronique de mes propres souvenirs du printemps de 1940, avec mon récit de l’exode, vu avec mes yeux de sept ans. Tout l’hiver, j’avais ressenti l’attention inquiète des grandes personnes pendant l’heure des repas où on écoutait « les nouvelles » qui sortaient d’un « poste de TSF » assez monumental, en bois de noyer, je pense, dont la façade était ornée d’une lyre découpée ; derrière la lyre, le poste était garni (...)

    Lire la suite

  • Chronique d’un printemps 2 Le jour d’avant ?

    16 mars 1940
    Quoi de neuf en mars 1940 ? Bof, pour moi, rien de précis. La famille, dont j’ai constaté plus tard combien elle était réactionnaire à cette époque, doit se moquer, sans les lire, des articles de Geneviève Tabouis(1892-1985), une journaliste intelligente, spécialiste de politique étrangère, et qui, depuis l’arrivée d’Hitler au pouvoir, en dénonçait les dangers terrifiants et les craintes d’une invasion. Elle écrivait dans L’Œuvre , mais à la maison, hélas, à l’époque, on avait des journaux de (...)

    Lire la suite

  • Chronique d’un printemps 3 Restez chez vous

    I. Paris, 17 mars 2020
    1. Restez chez vous
    Hier, discours d’Emmanuel Macron à 20 heures, capté sur LCI. Je regrette qu’il ait évité le mot CONFINEMENT, tout en le décrivant, mot que chacun a prononcé ensuite à sa place. J’espère que les Français, si volontiers hâbleurs et contestataires, dont il a d’ailleurs stigmatisé les agissements coupables de la veille, n’interprètent les termes du début de son discours comme des permissions d’aller courir en solitaire sur le trottoir (les parcs sont fermés) : si (...)

    Lire la suite

  • Chronique d’un printemps 4 « L’enfer, c’est les autres »

    Paris, 18 mars 2020
    La bêtise humaine n’ayant pas de fond, je me demande aujourd’hui si je vais en tenir la chronique ? L’avidité stupide et l’égoïsme ruisselant qu’on voyait dans les magasins doivent se poursuivre aujourd’hui, et je redoute le jour prochain où je devrai aller renouveler mes quelques provisions, au milieu de loups emmitouflés et masqués (où trouvent-ils les masques, mystère ) et pourvus d’ un cerveau de mouton de Panurge. Acheter 20 baguettes pour les surgeler... acheter 20 boîtes de (...)

    Lire la suite

  • « Masques et bergamasques » Chronique d’un printemps 5

    Blandans, 19 mars 1940
    Aujourd’hui, c’est la Saint-Joseph. Les deux années dernières, nous sommes allées toutes les six (Bonne-maman Maman, Tante Paulette, Paulette, Claudine et moi) dans la Citroën 11 CV familiale, ce même jour, chez les Petites sœurs des pauvres à Lons-le-Saunier. C’est la fête de leur saint patron et ce jour-là, elles servent un repas de gala aux pauvres qu’elles accueillent, hospice à l’ancienne, grandes salles sinistres avec de hautes fenêtres, vieux très déglingués par la vie, (...)

    Lire la suite

  • Restez chez vous Chronique d’un printemps 6

    Paris, 20 mars 2020
    On s’enfonce un peu dans la mélasse, les Français resquillent et râlent, les politiques font ce qu’ils peuvent, les hospitaliers aussi, le virus s’active. Les émissions de radio sont regroupées, France culture et France inter, pour traiter de l’actualité. On apprend à chaque heure la fermeture et le confinement de pays d’Amérique latin ou d’Afrique.
    Pas une nouvelle de Russie, mais alors pas une. Vladimir Poutine a le premier prix de mutisme.
    Les bobards, fake-news et autres (...)

    Lire la suite