Giuseppe Verdi

5 articles

  • Macbeth, Giuseppe Verdi Théâtre des Champs-Élysées, 2015

    Un sacré cocktail : Shakespeare / Verdi
    Le 7 mai, je suis allée au Théâtre des Champs-Élysées, voir Macbeth, opéra de Verdi, dans sa version de 1865. Personnellement, je suis sortie contente, mais très étonnée, car c’est la troisième fois que je vois cet opéra, chaque fois dans des mises en scène si différentes que je le reconnais à peine, malgré les motifs musicaux, et malgré Shakespeare, qui fournit, malgré tout, la base de l’histoire. En rentrant, j’ai regardé les critiques déjà parues, dans Le Figaro (...)

    Lire la suite

  • Messe en si mineur, J.-S. Bach, dir. Philippe Jordan Opéra Bastille, 14 février 2017

    Mardi 14 février 2017, je suis allée faire une expérience saisissante à Bastille, avec la Messe en si de Bach, dirigée par Philippe Jordan ; elle était jouée par l’orchestre et les chœurs de l’Opéra de Paris, bien sûr, et , donc, avec instruments modernes. Ce fut une soirée complètement surprenante, hyper-vitaminée, j’avais l’impression de ne l’avoir jamais rencontrée, jamais entendue ainsi !
    J’ai beaucoup aimé cette interprétation terriblement nouvelle, qui faisait entendre tout Bach, ses notes, ses lignes, (...)

    Lire la suite

  • Victor Puiseux, 14. Terre et ciel

    La mort compagne de la vie
    La mort de Paul a dû désoler, profondément, durablement, la famille proche et plus éloignée.
    Elle me désole aussi, car après l’avoir privé de Laure, la mort se met à frapper Victor dans ses enfants, à lui enlever ce qu’il a construit avec elle et à travers qui elle demeurait vivante. Pierre et André se retrouveront seuls après 1874, comme dans ce nursery rhyme implacable, cette petite chanson enfantine des Ten little nigger boys qui disparaissent les uns après les autres . (...)

    Lire la suite

  • Verdi, Don Carlos, dans la version originale de 1867. Opéra Bastille, dimanche 22 octobre 2017

    Pourquoi serais‑je indiscret quand mon silence ne peut lui causer de douleur, qu’il lui en épargne peut-être ? Pourquoi le réveiller afin de lui montrer le nuage orageux suspendu sur sa tête ?
    Le marquis de Posa, Don Carlos, Schiller, Acte IV, Scène 6
    Oui, j’ai vu LE Don Carlos dont parle toute la presse. Oui, comme tout le monde, j’ai été enchantée par la beauté indiscutable des voix. Pendant plusieurs jours - et encore maintenant -, j’ai été très impressionnée et travaillée par ce que j’ai vu (...)

    Lire la suite