Confinement

45 articles

  • « Mais qui a parlé de deux mois ? » Chronique d’un printemps 17

    Paris, mardi 31 mars 2020
    Ce matin, à France-Inter, l’économiste Esther Duflo, Professeur au Collège de France et Prix Nobel d’économie, depuis Washington où il était deux heures du matin, a, à sa manière douce, sonné le tocsin. Sur la gravité immense de la crise, ses étages, ses profondeurs, son temps indéterminé et ses conséquences incalculables. Lorsque Nicolas Demorand, en son nom ou en celui d’un auditeur, lui a demandé dans quel état on sortirait au bout de deux mois de confinement, elle lui a fait (...)

    Lire la suite

  • « La Jetée » Chronique d’un printemps 18

    Paris, mercredi Ier avril 2020
    Orly a fermé hier soir. Choc. Comment ne pas penser à La Jetée (Chris Marker, 1962), la fameuse Jetée d’Orly, cette plateforme, symbole en 1962 d’un modernisme absolu, d’un monde à venir : ce film d’anticipation et expérimental - tout en photos, sauf un plan animé - s’y déroulait en partie, dans de mythiques années 3 000 où des savants issus de ce qui ressemblait déjà à de l’intelligence artificielle, terrés dans les sous-sols du Trocadéro, après une troisième guerre (...)

    Lire la suite

  • Valses de Vienne Chronique d’un printemps 19

    Paris, jeudi 2 avril 2020
    Aujourd’hui sera jour de sortie, liste à préparer, choix de l’heure etc.
    Hier, j’ai admiré Édouard Philippe et Olivier Véran, répondant aux questions des 26 députés réunis en commission, moitié présents en réalité, moitié en videoconférence, les deux ministres ont été à mes yeux parfaits, précis ou disant les incertitudes - entre autres, le déconfinement - , patients, et je me demande comment sont les journées de tous ces hommes faisant face aux énormes responsabilités qui sont les (...)

    Lire la suite

  • Fluctuat nec mergitur Chronique d’un printemps 20

    Paris, le vendredi 3 avril 2020
    Je n’ai jamais tant pensé à Georges Canguilhem que ces temps-ci. Son ouvrage, Le Normal et le Pathologique, m’avait éblouie dans les années 80, où je l’ai lu pour préparer mes séminaires qui portaient sur la représentation de la médecine, des malades et de la maladie au cinéma. Philosophe et médecin, résistant de la première heure, ami d’Ignace Meyerson, de Jean-Pierre Vernant, Canguilhem analyse notamment, dans cet ouvrage ce qu’est la maladie comme accident dans la vie (...)

    Lire la suite

  • Avec quoi écrit-on l’histoire ? Chronique d’un printemps 21

    Paris, samedi 4 avril 2020
    Un ciel bleu et un soleil brillant, il n’y a plus une traînée d’avion. Les jours se fondent les uns dans les autres.
    J’ai fini Guerre et Paix. Pierre et Natacha, Marie et Nicolas, sont devenus des couples ordinaires de l’aristocratie russe des Années 1820, qui est aussi l’année de la naissance de mon arrière grand-père Victor Puiseux, je peux toucher du doigt cette époque dans ses bégaiements qui forment un immense paysage, une immense tapisserie en relief, à la fois figée (...)

    Lire la suite

  • Espace en crise Chronique d’un printemps 22

    Paris, dimanche 5 avril 2020
    Il faut des masques, paraît-il. Je pense que ce revirement officiel ne serait utile que si on avait suffisamment de masques chirurgicaux. Ce qui n’est pas le cas, comme chacun sait. S’il faut les bricoler en pliant des tissus extirpés de mes vieux tiroirs, comme j’ai vu faire à la télé hier soir, merci bien. Je n’ai pas de visière de moto. Je n’ai pas d’élastique et les magasins sont fermés. Je n’ai pas les yeux pour coudre ni la foi pour grenouiller sur les forums. Les (...)

    Lire la suite