Culture

4 articles

  • « Ex-Libris » Un film de Frédérick Wiseman

    Ce film est un monument, le plus récent opus d’une immense série documentaire sur les espaces de notre temps édifiée par Frédérick Wiseman depuis des décennies. J’ai eu le plaisir de le voir, en personne, très alerte, au début de la séance (Reflet Médicis) : avec sa modestie et sa simplicité habituelles, il nous a dit qu’il n’avait pas grand chose à dire... qu’il fallait « voir » son film ! On l’a applaudi et on a regardé ce fleuve new-yorkais où la culture est mise au service de la population.
    Ce (...)

    Lire la suite

  • Bonjour, tristesse Chronique d’un automne 1

    Il y a peu, on criait contre les talibans, qui empêchaient les musiciens de jouer, les gens de chanter. Ici, le virus joue leur rôle, fortifié par les crises sanitaires, économiques, sociales, politiques, qu’il a déclenchées, relayées dans le vaste monde entièremet délabré.
    Les amis, les dîners en ville ou au restaurant, les sorties de musique, de théâtre, de cinéma, de foot, de tout : terminés. Emmanuel Macron hier parlait de quatre semaines puis de six, qu’il espérait obtenir. On relâchera sans doute (...)

    Lire la suite

  • 24 heures ordinaires Chronique d’un automne 2

    Hier matin, sur France Culture, Guillaume Erner participait à la journée de la chaîne sur « La qualité des débats dans l’espace public » actuel, et ses invités déploraient les positions radicales et ramassées pour faire choc, à la Trump, au nom de la fausse bienpensance (la "censure du bien"). Il recevait deux hôtes de grande qualité, Emmanuel Pierrat, avocat au barreau de Paris, écrivain, auteur de “Nouvelles morales, nouvelles censures” (Gallimard, 2018), et Nathalie Heinich, sociologue, directrice de (...)

    Lire la suite

  • Musique pour Couvre-feu, Covid et pluie Chronique d’un automne 4

    Le dimanche 25 octobre à 17 heures, l’Opéra de Paris proposait un concert adapté au confinement nocturne et qui comprenait des Lieder de Brahms et le Requiem de Gabriel Fauré. Ci-dessous les détails du programme .
    Les chœurs de l’Opéra de Paris et leur excellent chef José Luis Basso étaient aux manettes. Je ne suis pas très « brahmsienne », mais j’y suis allée, car j’avais envie de vraie musique, un peu fatiguée des CD et de la radio, et j’aime beaucoup le Requiem délicat, rêveur, doux, intime, composé (...)

    Lire la suite