Guerre

141 articles

  • Bouchées doubles Le Joli Mai, 7

    Dans le réel, on ne va pas plus vite que la musique. Ainsi, aujourd’hui, c’est le 17 mai 2020. Je ne sais même pas de quoi il sera fait.
    En revanche, dans le récit du passé, on peut appuyer sur le champignon, hâter les événements, faire des impasses, des coupes : c’est pourquoi, au cinéma, les guerres ou les fins du monde sont si intéressantes, ramassées, pas de temps morts. Juste l’essentiel, les points d’étapes. Le décisif.
    Donc le printemps 1940 : aujourd’hui, trois dates, sans plus aller donner de (...)

    Lire la suite

  • À l’aventure Le Joli Mai, 8

    Je n’ai jamais revu la dame, ni sa horde de passagers et de bagages.
    Vers 2 heures de cette même nuit du 15 au 16 juin, ma grand-mère a reçu un coup de téléphone de la gendarmerie de Domblans, eux-mêmes venaient d’être prévenus par la préfecture que les troupes (lesquelles, étant donné la débandade générale et contre quels Allemands ?) se rassemblaient dans le coin : il risquait d’y avoir des combats dans les bois, vers Saint-Lothain, Frontenay ou Passenans, à 3 kilomètres. Les gendarmes conseillaient à (...)

    Lire la suite

  • La vie devant soi Le Joli Mai, 9

    Trois semaines à l’hôtel Belledent, à dormir à trois dans un lit, à se laver dans des cuvettes émaillées et à trimballer des brocs d’eau froide qu’on allait chercher à la pompe, car le service était minimal, « sommaire » comme avait dit M. Cottin. Des propriétaires, j’ai peu de souvenirs, un jeune couple sans doute, ils avaient une petite fille de 3 ou 4 ans, Malou, qui jouait dans les allées du potager et demandait régulièrement à sa mère, avec son accent de Haute-Loire, « Eh, Maman, où que je pisse ? », - (...)

    Lire la suite