William Shakespeare

8 articles

  • Les mondes de Thomas Pavel Notes sans forme

    Au sujet d’un cours de Thomas Pavel, professeur invité, Collège de France, printemps 2006
    J’ai connu Thomas Pavel par sa période « dure », le temps d’Univers de la fiction (Univers de la fiction, Paris : Seuil, coll. « Poétique », 1988), à la forme précise et coupante, presque hostile pour le lecteur, héritage des beaux jours de la dictature du structuralisme. Pour lui, j’avais fait l’effort, ce que je n’ai pas fait à l’égard de tous les auteurs. Ce que j’ai aimé chez lui, c’est qu’il m’a montré que les (...)

    Lire la suite

  • Henry VI Sceaux, Les Gémeauxs, Mise en scène de Thomas Jolly

    Lire les journaux, ou voir les infos, en ce moment, avec les querelles à l’intérieur des partis, pour faire savoir, à mots couverts gros comme des maisons, qui se présentera à des primaires et à des présidentielles dans trois ans, est plus ennuyeux que la pluie fine et froide de décembre. Noyés et perdus dans leurs foutus éléments de langage, ils disent tous, de manière grise, qu’ils sont des arrivistes envieux et cupides sans aucune notion du bien commun.
    Les batailles pour le pouvoir, si on veut les (...)

    Lire la suite

  • Macbeth, Giuseppe Verdi Théâtre des Champs-Élysées, 2015

    Un sacré cocktail : Shakespeare / Verdi
    Le 7 mai, je suis allée au Théâtre des Champs-Élysées, voir Macbeth, opéra de Verdi, dans sa version de 1865. Personnellement, je suis sortie contente, mais très étonnée, car c’est la troisième fois que je vois cet opéra, chaque fois dans des mises en scène si différentes que je le reconnais à peine, malgré les motifs musicaux, et malgré Shakespeare, qui fournit, malgré tout, la base de l’histoire. En rentrant, j’ai regardé les critiques déjà parues, dans Le Figaro (...)

    Lire la suite

  • Le roi Lear Mise en scène d’Olivier Py

    Je suis allée un peu à reculons voir Le Roi Lear dont c’était la dernière, hier, aux Gémeaux à Sceaux : j’avais plus ou moins entendu les critiques lors de la présentation de la pièce cet été à Avignon. Une amie, professeur d’anglais, avait trouvé que la mise en scène d’Olivier Py, bruyante et agitée, avec des jeux et des détails inutiles, rendait assez mal un texte qu’elle connaît bien.
    La pièce, réputée avoir été écrite par Shakespeare entre 1603 et 1606, est hors norme, - dimension, personnages, (...)

    Lire la suite

  • Richard III Théâtre de l’Odéon, Mise en scène de Thomas Jolly

    J’étais hier soir, 23 janvier, à l’Odéon pour voir Thomas Jolly dans le rôle-titre de Richard III, l’une des plus célèbres pièces de Shakespeare, la plus fréquemment montée, qu’il a mise en scène et créée à Renne, puis jouée à Avignon, en 2015.
    J’avais aimé à la folie cette immense pièce d’Henry VI, montée par Thomas Jolly et sa troupe, La Picccola Familia, vue à Sceaux, en deux fois huit heures, sur deux ans, un spectacle éblouissant. Richard III en est la suite exacte, on retrouve les personnages d’Henry VI, du (...)

    Lire la suite

  • L’Amour au fil de février Voir/ne pas voir

    En février, finalement, tout ce que j’ai vu m’a parlé de l’amour, de ses formes, de ses déformations, de ses erreurs, avec ses cailloux éclatants qui vous égarent dans les carrefours et les impasses. Capriccio et Richard III font partie du lot.
    Je suis allée deux fois voir des œuvres anglaises baroques aux Gémeaux à Sceaux. La première fois, c’était pour le Conte d’Hiver de Shakespeare. On connaît le sujet : les ravages de la jalousie imaginée, imaginaire, avec sa cruauté bornée et destructrice. Je n’en ai (...)

    Lire la suite