Intolérance

4 articles

  • Adieu l’Europe

    « À la mode de chez nous »
    Ras-le-bol des burkinis et de la querelle, exploitée jusqu’au ridicule et à l’écœurement, blancs battus en neige par une partie de la classe politique, autour des vêtements que l’on doit mettre ou ne pas mettre pour entrer dans l’eau ! Naguère on pourchassait les nudiste, maintenant, haro sur celles qui mettent des robes de bain longues.
    Dans tous les partis politiques, il se trouve un rigoriste de service, pour foncer dans le chiffon rouge de l’intégrisme d’en face, pour (...)

    Lire la suite

  • Pensée pour la nouvelle année

    Pensée à méditer pour la nouvelle année et les périls de la campagne de l’élection présidentielle, entendue il y a quelques jours dans je ne sais plus quelle émission de radio :
    « Une nation qui ne demande à son gouvernement que le maintien de l’ordre est déjà esclave au fond du cœur ; elle est esclave de son bien-être, et l’homme qui doit l’enchaîner peut paraître ». Alexis de Tocqueville Extrait de De la Démocratie en Amérique, Livre II, 1840 (10/18, 1963).
    Je dédie cette phrase à ceux qui ont (...)

    Lire la suite

  • Jusqu’au jour où ... 4 Si bas ?

    Mes compatriotes sont-ils assez bornés et infréquentables pour que les sondages donnent comme perpective arithmétique plausible l’arrivée de Marine Le Pen à l’Élysée, par choix ou par dédain de la pratique électorale ?
    Avant d’aller voter moi-même et d’essayer d’empêcher, à la hauteur de mes moyens, la transformation des sondages en réalité électorale, j’ai suivi les épisodes tragiques de la sinistre dictature poutinienne en Ukraine et la prudente mollesse occidentale ; j’ai parcouru aussi les grandes (...)

    Lire la suite

  • Jusqu’au jour où ... 5 Ohé ! Du bateau ?

    Je suis sidérée par le silence assourdissant de la flotte majestueuse des intellos, artistes et autres pétitionnaires habituels, eux si prompts à dégainer leur nom et leurs convictions. Depuis le 10 avril, rien. Il s’agit de l’avenir de la France et de l’Europe, d’un choix à la fois politique et civilisationnel. Rien ou alors des contorsions lamentables comme celle de Marcel Gauchet, qui pense que l’abstention, c’est la faute de Macron, à cause du « quoi qu’il en coûte », qui a infantilisé les (...)

    Lire la suite