Coronavirus

50 articles

  • S’il tonne en avril... Chronique d’un printemps, 39

    Blandans, lundi 22 avril 1940
    À la maison, comme dans toutes les campagnes de ce temps, on fonctionnait beaucoup à coup de proverbes. Il y en avait pour toutes les saisons, toutes les situations. Prévoir le temps, scruter le ciel, guetter le vent, la couleur du ciel à l’aube ou au couchant (« Les rougeurs du soir font sécher les toits », « Les rougeurs du matin font tourner les moulins »), étudier les nuages en forme de « rasure », une mince couche de cirrus à l’ouest annonciatrice de pluie, tout (...)

    Lire la suite

  • Ciel, désert et marais Chronique d’un printemps, 40

    Paris, jeudi 23 avril 2020
    En écrivant le sous-titre de cette chronique, je vois qu’elle est la 40e de la série. Quarante jours dans le désert, la période de retrait du Christ avant de se lancer dans sa vie publique.
    40 jours dans le désert : d’autres l’ont fait et le font encore. Et pour eux ce furent, ce sont, des suites indéfinies de quarante jours en quarante jours, dans des conditions sans nom, je parle des otages, ceux qui sont dans les geôles du désert de Syrie ou autre.
    Pour nous, encore (...)

    Lire la suite

  • Au-dessus du nid de coucous Chronique d’un printemps, 41

    Paris, vendredi 24 avril 2020
    Mesures à venir, piétinement sourd des commentaires, parfois utile, souvent creux ou aigre, perspectives d’un monde numérique de plus en plus prégnant et inquiétant, idée que les films de science fiction ont vu juste, avec leurs villes sous terre ou sous globe, nouvelles des uns et des autres, parler.
    Je vais rejoindre L’Appel, la première partie des Mémoires de guerre du général de Gaulle, commencées hier en me réjouissant d’avoir lu, il y a peu, L’étrange défaite qui (...)

    Lire la suite

  • Un patchwork Chronique d’un printemps, 42

    Paris, samedi 25 avril 2020
    Hier soir, j’ai quitté très tôt les plateaux télé qui patinent sur le COVID 19. Une des chaînes cinéma passait L’Aile ou la cuisse (Claude Zidi, France, 1976), que je n’avais pas vu d’un bout à l’autre depuis la nuit des temps. Le film n’a rien perdu de son actualité, il combat la bouffe industrielle, les poulets sous vide, les arômes chimiques et les conservateurs, la perte du bon goût et de la santé.
    Certaines scènes sont assez lourdes, d’autres, nombreuses, de purs chefs (...)

    Lire la suite

  • De l’air, de l’air ! Chronique d’un printemps, 44

    Blandants, samedi 27 avril 1940
    Les « nouvelles » étaient un tissu réconfortant, les médias - journaux, magazines et radio - faisaient mousser les rares pertes de la Wehrmacht, les rares succès des Alliés en Norvège. Les ratés de Trondheim ou de Narvik étaient déguisés en prudence. Tout de même, les rois du Nord gagnaient l’Angleterre en emmenant leurs trésors.
    Officiellement, les autorités étaient toujours confiantes dans la ligne Maginot. Les gros ouvrages en béton, bien clos, bien lourds, somnolaient (...)

    Lire la suite

  • De l’air, de l’air (bis) Chronique d’un printemps, 45

    Paris, mardi 28 avril 2020
    Au hasard, j’essaie des pistes pour m’échapper un peu : pas facile. L’humanité, en ce moment, a l’air d’avoir le goût du malheur. Hier, j’ai été captivée - et passablement terrifiée - par une des chaînes cinéma qui passait Nan Shui Bei Diao, un superbe documentaire d’Antoine Boutet, sur la Chine (2015, 1 h 50) et le projet de dériver les fleuves du Sud vers le Nord : « Sud Eau Nord Déplacer ». Il s’agit d’un énorme transfert d’eau, inspiré sans doute par le Grand Canal : celui (...)

    Lire la suite